The Mighty Quest For Epic Loot !

ImageMalgré ce nom à rallonge, on peut imaginer de quoi va être fait le jeu ainsi nommé. De faire une sacrée quête et de looter des trucs cools ? En quelque sorte oui. TMQ, pour les intimes est un jeu plutôt innovant, pas du tout indépendant pour une fois, car il s’agit d’un jeu signé Ubisoft. Qu’entendons nous par innovant ? Parle-t-on de la même innovation qu’avec les Assassin’s Creed ? Non mon bon monsieur, on parle d’innovation comme d’un jeu au concept intéressant dont on a pu dire qu’il est un croisement entre Diablo et Dungeon Keeper. Et l’analogie est plutôt pertinente en effet. Que se passe-t-il donc dans TMQ alors ? Vous incarnez un héros, un fier combattant, un dur de dur, mais surtout, un nouveau venu sur le marché de l’immobilier. En effet le monde d’Oppulencia porte assez bien son nom, car l’immobilier a tellement explosé que tout le monde veut son propre château dans le ciel, sa propriété céleste qu’il conviendra de « meubler » et de « louer », afin de devenir riche. Mais cela ne se fera pas sans mal, et il faudra suer sang et eau pour atteindre ce but.

Dans ce jeu à l’humour omniprésent, vous devez en premier lieu choisir une classe. Vous avez le choix entre guerrier, archer, et mage. Pourquoi se compliquer la vie ? Une fois votre héros sélectionné, vous serez rapidement introduit à un certain Cornelius, un type tout à fait honnête qui ne cherche qu’à vous mener vers le profit de façon tout à fait désintéressée. La preuve, il vous expliquera même comment jouer. Vous vous retrouverez d’abord à attaquer un château, pour prendre en main les bases du gameplay, puis vous apprendrez à vous occuper de la défense du vôtre. Et avec ceci la majeure partie du jeu est couverte. En effet, TMQ est un jeu de type MMO, c’est à dire qu’il se pratique en ligne avec beaucoup d’autres joueurs (même si dans ce cas, on ne rencontre pas directement les joueurs), dont le but principal est d’attaquer les châteaux des autres joueurs, et de les piller comme un malpropre, en massacrant les monstres, et en triomphant des pièges. Vous récupérerez alors des objets, des pièces d’or, et des cristaux de force vitale. Il conviendra alors de revendre tout ce qui vous ne vous sert pas, et d’équiper votre perso toujours de façon optimale afin de vous rapprocher toujours plus du gros bill. Du Diablo classique donc !

Mais vous l’aurez compris, si tout le monde attaque les châteaux de tout le monde, il va bien falloir protéger le votre, pour éviter de vous faire dépouiller. Et c’est là qu’on reconnait un peu de Dungeon Keeper. Vous pourrez acheter des salles, des monstres, et des pièges. Il faudra ensuite agencer le tout de façon à ce que votre donjon soit le mieux protégé possible. Il y a évidemment une limite, afin de ne pas se retrouver avec des châteaux ou chaque carré est occupé par un monstre. Votre château possède un coeur, qui est améliorable, et correspond à son niveau. Le jeu répartit les châteaux en zones de niveaux, afin de préserver un certain équilibre. Si votre château est de niveau 10, il ne sera pas avec des châteaux de niveau 25, et donc ne se fera pas attaquer par des brutes de ce niveau. Car le héros et le château ont une progression a peu près équivalente à un ou deux niveau près en général. Ensuite, vous devez savoir qu’à chaque niveau de votre donjon, celui-ci augmente sa capacité de recrutement. Cette valeur limite les pièges et les monstres que vous pouvez installer, puisque selon la force des bestioles leur valeur de recrutement sera plus ou moins élevée. Il faudra alors choisir entre une armée de petites saloperies sans grande force, compensant par le nombre, ou un petit comité de grosses brutes. Il est évidemment possible de mixer les deux. Il faudra donc faire preuve d’un certain esprit stratégique.

Venons en maintenant au point qui tâche un peu le jeu, la progression. Car malheureusement TMQ tombe dans l’écueil de bien des free-to-play. Malgré sa gratuité, vous ne vous hisserez chez les grands que trèèèès lentement, et la progression se fait à base de farming intensif de donjons, afin de gagner toujours un peu plus, toujours un peu plus… Comme tout le monde n’a pas cette patience, un déséquilibre se crée avec une boutique virtuelle où il est possible de s’acheter des points bling, avec de la monnaie réelle. Ces points bling servent à s’acheter des choses que l’on ne peut se procurer avec des pièces d’or, comme des bonus d’expérience et d’or, ou encore la quatrième classe du jeu, la Fugitive, une sorte de rogue bourrin et rapide, qui est notamment le seul personnage capable de finir un donjon en 36 secondes quant le reste des persos met plus d’une minute. Ces points bling permettent également de crafter des objets plus rapidement qu’en attendant d’avoir l’or nécessaire. Les points bling sont également la seule façon d’avoir un nouveau personnage. En somme ce n’est rien de plus qu’un pay-to-win, ou celui qui est d’accord pour débourser aura un avantage sur celui qui préfère jouer la patience. On pourra objecter que ce système permet à celui qui veut soutenir le projet de le faire tout en jouant avec un avantage, comparé à celui qui profite seulement de la gratuité du jeu. Ce n’est pas faux dans l’absolu, mais il reste que cela crée un déséquilibre entre les joueurs, qui est assez frustrant. Ce déséquilibre en amène certains à déserter le jeu, ce qui au final le dessert.

Au final TMQ est un excellent jeu sur le papier, mais son côté pay-to-win vient un peu gâcher le plaisir. Faute de pouvoir ou vouloir payer, le jeu devient très répétitif, et assez ennuyeux. On farm les châteaux sans intérêts, d’autant que certains ne se foulent pas (mention spéciale aux châteaux couloirs vides avec une armée qui vous attend juste à la sortie). Même si j’ai pu voir que certains joueurs faisaient preuve d’originalité dans la conception de leur château, finalement ce sont les donjons créés par le jeu lui même (et n’appartenant pas à des joueurs donc), qui sont les plus longs, les plus intéressants, avec une difficulté graduelle, menant souvent à un boss costaud. Ce sont aussi ceux qui rapportent le plus, car une fois un château de joueur pillé, celui-ci passe en mode défense pour une vingtaine d’heures, le rendant pratiquement hermétique au pillage. Le jeu étant en bêta on peut supposer et espérer qu’une version définitive payante et équilibrée sortira un jour, mais n’espérons pas trop de ce côté la. The Mighty Quest For Epic Loot, reste malgré tout un jeu plus que sympa, qui pourra tout de même maintenir l’intérêt pendant une dizaine d’heures gratuites.

Ah et mention spéciale pour les musiques d’attaque de château, qui sont particulièrement épiques et excellentes.

Publicités
Cet article a été publié dans Chroniques simples. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 Responses to The Mighty Quest For Epic Loot !

  1. Sékateur dit :

    Ah… Dongeon Keeper… c’était le bon temps… mais je ne suis pas nostalgique au point de me lancer dans ce jeu-là… je veux bien payer, mais en une seule fois, à l’ancienne (car je suis un vieux !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s