Powerwolf, énorme découverte !

ImageIl y avait longtemps que je n’avais pas eu de coup de cœur pour un groupe. Vous savez, ce genre de coup de cœur qui fait dire dès la première écoute que c’est mortel ! Celui qui fait écouter l’album encore et encore, si bien qu’en deux jours vous savez déjà le nom des morceaux et connaissez les paroles ! La dernière fois que j’ai eu un coup de cœur comme ça, c’était avec Alestorm. Je me suis retrouvé propulsé dans un univers de métal épique et de pirates. J’ai dévoré la discographie en quelques jours, et le groupe est devenu en quelques heures un incontournable de toutes mes playlists. C’est exactement la même chose avec Powerwolf. Alors que je regardais justement le dernier clip d’Alestorm, les suggestions vidéo sur la droite m’ont proposé une image de chevalier, avec un titre énigmatique : Amen and Attack.

En moins d’une minute je fus déjà convaincu par le morceau. Après avoir cherché d’autres morceaux sur Youtube, j’en suis venu à la conclusion suivante : Powerwolf, c’est mortel ! Je me suis mis à écouter et écouter encore la discographie de cette formation allemande, et morceau après morceau, ma conclusion se confirmait.

Alors que dire sur Powerwolf ? Il s’agit d’un groupe allemand de Power Metal mélodique. S’il faut en croire Wikipédia, ce genre se caractérise par une musique aux accents Heavy, mais sur un mode beaucoup plus rapide et énergique. Ici, on a en plus l’aspect mélodique, soit des envolées vocales et des guitares peut-être moins axées sur les accords de puissance (cela reste à confirmer). Mais l’ajout d’un synthé vient donner à la sauce une touche beaucoup plus légère, sans oublier toutefois la rudesse du style. Difficile de ne pas rapprocher ceci de l’identité du groupe. En effet lorsque je dis synthé, je devrais plutôt dire orgue, un instrument que l’on retrouve dans de nombreux morceaux. Et pour cause, Power Wolf verse dans la parodie religieuse. Il ne s’agit pas spécialement comme pour le black metal d’honorer le nom de Satan, et de brûler le Christ, en corpse paint (bien que le groupe en arbore), avec une voix d’outre tombe. Les chansons de Powerwolf sont moins « sombres », en ceci qu’elles montrent des travers religieux (fictifs ou non), mais sans tomber dans l’agressif, ou le subversif. Les textes ne piétinent pas dans la boue la bible, au contraire, ils semblent être constitués au premier degré, avec force latin, Halleluja, et Amen. Mais en toile de fond, on peut sentir l’ironie subtile ou carrément assumée, comme dans les titres « Sanctified with Dynamite », ou « Cardinal Sin ».

Les thématiques de la Bible inversées dans leur signification, voila comment l’on pourrait qualifier les textes de Powerwolf. Par exemple la tentation est un thème récurrent, mais qui est presque glorifié. Cette tentation s’accompagne du motif du loup, cher au groupe. Déjà le nom Powerwolf évoque cette allégeance, mais également de nombreux morceaux, comme « Lupus Dei », Night of the werewolves », ou « Werewolves of Armenia ». Je vais pour le coup reprendre une analogie d’un chroniqueur du site Spirit of Metal, mais on a réellement l’impression que les personnages que sont les membres du groupe, furent jadis des prêtres pieux, mordus par un loup-garou, ce qui aurait remis en question leur vision de la religion et du monde. Ces prêtres loup-garous chantent maintenant leur nouveau rapport à la religion (« In Blood we trust »), à la chair (« Resurrection by Erection »), et au péché (« Seven Deadly Saints »). Si l’ajoute à cela la voix du chanteur, qui rappelle l’opéra, ainsi que les chœurs, en général nombreux, nous avons l’impression de participer à chaque album à une sorte de messe à la fois pieuse et impie, ou le saint côtoie le maudit, et ou la lumière et les ténèbres s’entremêlent.

Je ne saurais que conseiller l’écoute de ce groupe à tous les amateurs de metal, et même aux plus réticents, car il reste relativement soft dans la musicalité et les voix. De plus l’univers du groupe est réellement intéressant et (je pense) unique. Une belle découverte donc, que je tenais à faire partager à la demi-douzaine de personnes qui lisent ce blog. Sur ce, bonne semaine, et je vous laisse avec le morceau qui m’a initié !

Amen and Attack !

Publicités
Cet article a été publié dans Chroniques simples. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s